Certification des gestionnaires leaders

Certification
des Gestionnaires
Leaders

Rôle, ses responsabilités de gestion et son autorité décisionnelleMontréal : 12 et 13 septembre 2017
Québec : 19 et 20 septembre 2017
2 jours
Priorités, ses objectifs et ses indicateurs de performanceMontréal : 10 et 11 octobre 2017
Québec : 17 et 18 octobre 2017
2 jours
Communications et son coachingMontréal : 7 et 8 novembre 2017
Québec : 14 et 15 novembre 2017
2 jours
Influence auprès de son équipeMontréal : 5 au 7 décembre 2017
Québec : 12 au 14 décembre 2017
3 jours
Valeur ajoutée à la performance organisationnelleMontréal : 9 au 11 janvier 2018
Québec : 16 au 18 janvier 2018
3 jours

Formations
publiques

Aussi offertes en entreprise.


Un mot à propos de
COSE

Créé en 1962, COSE est un bureau privé de formation et consultation, dont la mission est de développer les compétences des gestionnaires de premier et de deuxième niveaux, par le biais de la formation et ce, afin qu’ils puissent contribuer davantage à la performance organisationnelle.

Historique de COSE

Au début des années 60, le Conseil National de Productivité (aujourd’hui le Conseil Économique du Canada) réalisait plusieurs études sur l’évolution de la productivité au Canada. Au Québec, le vif intérêt soulevé par les informations diffusées incita des représentants du Ministère de l’Industrie et du Commerce, ainsi que des milieux universitaire, industriel et syndical, à unir leurs efforts à ceux du Conseil National de Productivité, dans le but de créer un organisme chargé de poursuivre le travail. C’est ainsi que fut créé Le Centre d’Organisation Scientifique de l’Entreprise (COSE).

Le 17 octobre 1962, messieurs Maurice Joubert, Directeur général du Conseil d’Orientation Économique du Québec, Louis Dubois, Chef de la division des Services techniques au Ministère de l’Industrie et du Commerce du Québec et Marcel Pépin, Secrétaire général de la Confédération des Syndicats Nationaux (CSN), obtinrent l’incorporation de COSE. C’était un organisme privé, sans but lucratif, qui avait pour mission « de contribuer de façon rationnelle à l’accroissement de la productivité des entreprises, en tenant compte de l’élément humain au travail ».

Trois types d’actions devaient caractériser sa contribution à l’accroissement de la productivité des entreprises : – Faire et favoriser les recherches… – Renseigner au moyen de cours, séminaires… les administrateurs et le personnel administratif et ouvrier sur les méthodes en cours dans le monde susceptibles d’améliorer la productivité de l’industrie. – Organiser et maintenir un centre d’information technique.

En 1962, il n’existait pas, au Québec, de formation en français sur l’étude du travail et l’organisation de la production. Le besoin était comblé par des organisations américaines ou anglophones. Par contre, à Paris, le Bureau des Temps Élémentaires (BTE) offrait des stages de formation. Les sept premiers conseillers de COSE furent invités à suivre un stage au BTE. Il est à noter que ce n’est qu’en 1966 que fut créé, à l’École Polytechnique de Montréal, la première Faculté de génie industriel.

Dès les premières années, les conseillers COSE ont diffusé des sessions aux membres de la direction. Très rapidement, ils ont identifié des besoins de formation au niveau des cadres intermédiaires et des gestionnaires de premier niveau. En ce qui concerne le personnel administratif et ouvrier, entre 1964 et 1974, ils ont entraîné la majorité des conseillers syndicaux de la CSN et de la CSD.

Puis, au début des années 1970, COSE a développé des sessions de formation adaptées au contexte québécois en Management, Ressources humaines, Production, Gestion du Matériel et Santé-sécurité au travail, ainsi qu’un programme de formation professionnelle pour les gestionnaires de premier niveau.

Depuis sa création, COSE recevait une contribution gouvernementale en fonction des services utilisés par la PME. En 1976, cette contribution représentait plus de 45% du budget. Cependant, elle fut retirée par le Conseil du Trésor. C’est alors que les conseillers COSE étant des praticiens, c’est-à-dire des personnes qui possédaient une expérience en gestion et qui, de plus, avaient un vif intérêt pour l’accroissement de la Productivité et la Formation, décidèrent de mettre en œuvre un plan de transfert de COSE vers une entreprise à but lucratif. Ce plan a fait en sorte que la majorité des employés d’alors sont devenus des actionnaires.

Intéressé par nos formations?

Abonnez-vous à notre infolettre